Beigne

Le corps est une clôture que le Fils de Dieu imagine avoir bâtie pour séparer des parties de son Soi d’avec d’autres parties. C’est à l’intérieur de cette clôture qu’il pense vivre, pour mourir quand elle pourrit et s’effondre. Car à l’intérieur de cette clôture il pense qu’il est à l’abri de l’amour.

UCEM, 5. Qu’est-ce que le corps?

Le podcast A Crash Course in Miracles, emploie l’image d’un beigne pour représenter la situation dans laquelle nous croyons être : chacun s’imagine être au centre d’un beigne, entouré de différentes idées (peur, culpabilité, colère, etc.) qui nous font sentir séparés les uns des autres et de Dieu, le pur amour à l’extérieur du beigne.

Bien sûr, une telle représentation est imparfaite, comme il n’est pas possible de représenter l’infini et l’éternel par un moyen fini. Mais elle peut aider à saisir le ridicule de notre décision.

Comment alors sortir du beigne ? Nouk Sanchez a écrit un billet qui l’illustre bien. Tant que nous tenons à notre petit beigne, à notre corps séparé des autres corps et au rêve qu’il rêve, croyant que c’est la réalité et séparé des autres, nous restons coincés dans notre clôture. Pour en sortir, il faut faire un pont avec autrui. Le beigne ne fait plus couler dans l’illusion, mais se transforme en bouée de sauvetage. Elle sera abandonnée dès que nous aurons retrouvé le lieu nous garantissant tranquillité et paix.

Pour cela, il faut cesser de voir la différence dans l’autre et de l’attaquer.

Quand tu attaques un frère, tu proclames qu’il est limité par ce que tu as perçu en lui. Tu ne regardes pas au-delà de ses erreurs. Plutôt, elles sont magnifiées et deviennent des blocages à la prise de conscience du Soi qui réside au-delà de tes propres erreurs, passé ses apparents péchés aussi bien que les tiens.

UCEM, Leçon 181

Il faut plutôt voir son innocence et sa perfection, ignorant le beigne qui nous entoure, tout comme celui qui l’entoure. Alors nous retrouverons ce que nous avons cru avoir perdu : notre innocence et notre perfection.

Père, aujourd’hui je voudrais laisser toutes choses telles que Tu les as créées et donner à Ton Fils l’honneur dû à son impeccabilité; l’amour d’un frère pour son frère et son Ami. Par cela je suis rédimé. Par cela aussi la vérité entrera là où étaient les illusions, la lumière remplacera toutes les ténèbres et Ton Fils connaîtra qu’il est tel que Tu l’as créé.

UCEM, Leçon 274